La durabilité des routes était récemment au cœur d'un Séminaire Scientifique International tenu à Yamoussoukro les 31 mars et 1er Avril 2015, présidé par le Ministère des Infrastructures Economiques et initié par le BNETD, le FER, le LBTP et l’AGEROUTE.

Plus de 300 experts du domaine des routes, venus d'Afrique et d'Europe ont réfléchi du mardi 31 mars au mercredi 1er avril, à l'hôtel des Parlementaires de Yamoussoukro sur le thème central : « Dimensionnement des chaussées neuves, de l'élargissement  et de leur renforcement » dans l'espace sous régional et spécifiquement en Côte d'Ivoire. 

La rencontre a offert l'opportunité aux experts d'échanger, de discuter et de tracer les lignes du futur sur le dimensionnement des chaussées et la durabilité des routes en Afrique.

Le Directeur de Cabinet du Ministre des Infrastructures Economiques, Monsieur Gilbert EKPINI, représentant le Ministre Patrick ACHI, qui a ouvert les travaux, a souligné que l'accélération de la croissance économique des pays africains ne peut se faire sans une infrastructure de transport moderne, efficiente, et qui répond aux besoins des populations et des acteurs socio-économiques.

Malheureusement, dira-t-il, le développement de ces infrastructures est généralement limité par la rareté des ressources des Etats. A cela s'ajoutent la méconnaissance des matériaux locaux et l'insuffisance de techniques de mise en œuvre innovantes, facteurs qui approfondissent davantage ce gap parce que les ressources mobilisées sont très vite consommées par l'utilisation de structures de chaussées trop coûteuses.

En ce qui concerne le cas spécifique de la Côte d'Ivoire, Monsieur Gilbert EKPINI a fait remarquer qu'elle dispose d'un réseau routier maillé avec des axes qui se dégradent souvent précocement. Au point que l'on s'interroge sur la qualité des techniques utilisées. On se demande parfois même et selon lui, s'il ne faut pas mettre au point des normes propres au pays en matière de construction routière, rechercher des matériaux plus durables, et redoubler de contrôle dans leur mise en œuvre. Tout en repensant les différents paramètres des logiciels de vérification. Pour lui donc, ce sont autant de préoccupations auxquelles la rencontre de Yamoussoukro, qui regroupe des sommités internationales, devra trouver réponse.

Aux experts, le Directeur de Cabinet a indiqué que le Président de la République et son gouvernement ont un ambitieux programme routier pour les prochaines années. Il s'agit, entre autres, de poursuivre la réhabilitation du réseau routier existant, le développement des routes revêtues de bonne qualité en vue de favoriser le développement des villes et villages, ainsi que le développement des axes d'interconnexion avec les pays voisins afin de renforcer l'intégration régionale.

Pour sa part, Pascal KRA KOFFI, Directeur Général du BNETD, a souligné que la durabilité d'une route est conditionnée par trois facteurs clés. A savoir la conception, la réalisation et l'entretien :"les conclusions attendues du séminaire devraient orienter toutes les structures de l'Etat impliquées dans la construction et la gestion de la route vers de nouvelles façons de procéder dans la conception, la réalisation et l'entretien de la route et de renforcer les capacités sur de nouvelles techniques et technologies mises au point pour la construction routière ".

Il a par ailleurs souhaité que la Côte d'Ivoire élabore ses propres catalogues et guides de dimensionnement des chaussées.

’’Les enjeux pour les acteurs que nous sommes sont très importants et se situent à deux niveaux. Le premier est de s’assurer de disposer des outils de dimensionnement des chaussées qui prennent en compte les réalités ivoiriennes à savoir des modèles de dimensionnement naturel de la Côte d’Ivoire. Le second enjeu est de réaliser des routes durables pour notre pays avec des techniques innovantes et des matériaux performants’’, a fait savoir Pascal KRA KOFFI, initiateur de cette importante rencontre d’échanges scientifiques.

Le premier responsable du BNETD, faisant observer par ailleurs le manque de budget des États africains pour l’entretien des routes, a indiqué que le séminaire sur la durabilité des routes en Afrique sera l’occasion d’un enseignement sur les techniques nouvelles d’auscultation et des méthodes de réparation des chaussées plus efficaces

Au cours de la cérémonie de clôture, présidée par le Préfet de la Région du Bélier, Préfet du Département de Yamoussoukro, le Vice-Président du Comité Scientifique, Dr Arnaud ZAGBAÏ TAPE, a lu les recommandations suivantes, formulées par les participants au séminaire, à l’issue des travaux en atelier:

· Recommandations d’ordre stratégique

- Définir une politique claire en matière de collecte des données d’auscultation routière  (Mise en place d’une banque des données routières et des procédures d’actualisation);

- Réactiver dans le cas spécifique de la Côte d’Ivoire, un département chargé de la recherche ;

- Créer une base de données sur les matériaux locaux ;

- Capitaliser les retours d’expérience de terrain qui serviront à adapter les paramètres de la méthode de dimensionnement adoptée ;

- Adapter et s’approprier le GTR 92 se rapportant à la géologie et aux conditions climatiques ;

- Favoriser les collaborations entre le monde professionnel et le monde de la recherche pour améliorer ou conforter la conception et la mise en œuvre des chaussées routières ;

- Réfléchir sur l’optimisation des études géotechniques.

· Recommandations d’ordre technique

- S’approprier une méthode adaptée au contexte local pour la formulation des matériaux bitumineux en allant jusqu’au niveau 4 pour vérifier les hypothèses des propriétés mécaniques introduites dans les modèles de calcul.

- Démontrer la faisabilité des traitements par la réalisation d’études préalables sur les chaussées et les matériaux en place, en conformité avec les recommandations des guides techniques internationaux.

- Actualiser tous les documents techniques existants dans les pays Africains en tenant compte de l’évolution du contexte national (trafic, matériaux qui peuvent avoir évolué, les moyens d’auscultation…).

- Veiller à une meilleure connaissance du trafic et des silhouettes des véhicules à travers des campagnes de comptage du trafic et de pesées d’essieux régulières.

- Adapter les coefficients d’agressivité par rapport à la réalité du trafic routier ou prendre des dispositions pour faire respecter effectivement les réglementations en vigueur.

Afin de faciliter la mise en œuvre de ces résolutions, le séminaire dans le cas spécifique, recommande au Ministère des Infrastructures Economiques, la mise en place d’un comité technique avec les moyens appropriés.

Enfin, les initiateurs du séminaire représentés par Dr Amédé KOUAKOU, Directeur Général du LBTP, ont remercié toutes les autorités administratives et politiques de la ville de Yamoussoukro pour l’accueil et l’hospitalité dont tous les participants ont été l’objet. Il a également remercié toutes les structures nationales et internationales pour leur participation et leur contribution.

Ce séminaire, organisé de main de maître par le BNETD a été fortement apprécié par les participants au nombre desquels les experts européens et africains. Pour preuve, Monsieur  M’BAJON Zacharie, prenant la Parole au nom des participants Africains, n’a pas manqué d’adresser les remerciements de ses paires du Cameroun, du Maroc, du Ghana, du Mali, du Togo, du Bénin, du Gabon, du Burkina et du Niger. Ce même son de cloche a été entonné par M. Gérard LEGALLE, parlant au nom des intervenants européens de la France, de la Belgique et du Portugal.

TRAVAUX EN ATELIER

 

 

 

 

 

VISITE DES STANDS

 

 

 

PHOTO DE FAMILLE

Tags: