A l’occasion des 40 ans du BNETD, vous êtes conviés à l’exposition photo "Empreintes". L’histoire du BNETD en images.

En Côte d'Ivoire, depuis plus d'une décennie, l'enseignement supérieur est miné par des crises récurrentes avec des années académiques interminables en raison de grèves à répétition conduites par le personnel enseignant et par un syndicat des étudiants fortement politisé.

Au-delà de ces crises, les universités du pays devaient faire face à de nombreux dysfonctionnements au titre desquels l'on peut citer :

- l'insufficance des capacités d'accueil, au regard d'effectifs pléthoriques, croissant d'année en année. A titre illustratif, l'Université de Cocody accueillait, selon les chiffres de la scolarité centrale, un effectif total de 55.850 étudiants en 2009, pour une capacité d'accueil de 15.000 étudiants.

- les disparités entre le nombre d'étudiants inscrits (inscription académique) dans les UFR et le nombre d'inscrits à la scolarité centrale.

- des années académiques sans terme. En effet, les universités, dans leur fonctionnement, accusent trois ans de retard par rapport à l'année académque en cours. C'est le cas de l'Université de Bouaké délocalisée à Abidjan dont l'année académique 2008-2009 court jusqu'à présent. Idem pour l'université d'Abobo-Adjamé et l'université de Cocody dont huit (8) UFR sur treize (13) ont une année académique 2009-2010 inachevée.

- l'occupation des résidences universitaires par des non étudiants,

- le morcellement et la vente de lots du domaine des universités par des organisations d'étudiants aussi bien à Cocody qu'à Abobo-Adjamé. Ce qui a débouché sur sur la création de villages "sauvages" dans l'enceinte des universités. De plus, cette situation préoccupante a été aggravée par la crise post-électorale à la faveur de laquelle les infrastructures ont été gravement endommagées du fait d'actes de vandalisme. Un tel contexte général, très tendu, imposait des défis majeurs face auxquels le Gouvernement devrait prendre ses responsabilités.

En effet le gouvernement ivoirien a pris, le 19 avril 2011, la décision difficile de fermer les universités de Côte d'Ivoire pour nécessité de réhabilitation. Cette fermeture des universités incomprise par la majorité de la population car source d'inquiétudes pour l'avenir de ses enfants, a suscité des polémiques relayées dans la presse nationale.

Pour amoindrir l'impact de ces polémiques, le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique a pris des décisions propres à donner une viabilité et une visibilité ainsi qu'une dynamique à la réalisation de ce projet.

Aussi s'est-il attaché les services du Bureau National d'Etudes Techniques et de Développement (BNETD), structure de référence et bureau d'études conseil de l'Etat de Côte d'Ivoire qui s'est attelé à respecter son cahier de charges avec professionnalisme.

Consistance des travaux de réhabilitation

Les travaux objet du programme de Réhabilitation des Universités de Côte d'Ivoire ont concerné la réhabilitation de l'existant au sein des Universités de Côte d'Ivoire et ont porté essentiellement sur:

- la réhabilitation des bâtiments et infrastructures;

- la fourniture d'équipements mobiliers;

- la fourniture d'équipements pédagogiques.

Deux défis majeurs sous-tendent ces différents travaux:

1- la décongestion des grandes universités, par la réhabilitation, d'une part, de l'ex-Ecole Supérieure Inter-africaine d'Electricité (ESIE) de Bingerville à dédier, notamment, à une ou plusieurs filières et, d'autre part, de l'Institut d'Histoire, d'Art et d'Archéologie Africains (IHAAA) de Treichville, à affecter aux 3èmes cycles d'Histoire et de Géographie.

2- la construction, à court et moyen terme, de nouvelles infrastructures académiques dotées des équipements nécessaires, à  Cocody, Abobo-Adjamé, Bouaké, Daloa et Korhogo. Ainsi, six (06) sites étaient concernés par lesdits travaux de réhabilitation: l'Université de Cocody, l'Université d'Abobo-Adjamé, l'Ex-ESIE de Bingerville, l'Université de Bouaké, l'Unité Régionale de l'Enseignement Supérieur (URES), de Daloa et l'URES de Korhogo.

Mission de maîtrise d'oeuvre du BNETD

Conformément aux termes de référence (TDR) élaborés à cet effet, la mission de maîtrise d'oeuvre du BNETD au titre de la réalisation du Programme de Réhabilitation des Universités de Côte d'Ivoire, s'est articulée autour des trois (03) rubriques déclinées ci-après:

- Réalisation des études techniques ;

- Assistance au Maître d'Ouvrage pour la gestion du projet ;

- Direction et Contrôle de l'exécution des travaux.

Les résultats obtenus

Le 03 septembre 2012, ce sont des bâtiments et amphithéâtres modernes flambant neuf, de grands espaces verts et des terrains de sport, des salles informatiques équipées, des campus qui s'étendent sur des centaines d'hectares bien dégagés et clôturés, qui se sont offerts aux regards administratifs des officiels, des enseignants, des étudiants et du grand public conviés à la remise officielle des bâtiments rénovés de ces différentes universités.

Il faut signaler que cette remise a fait l'objet de festivités d'environ une semaine (du 30 août au 03 septembre 2012) qui ont vu la tenue de conférences et de la semaine de Promotion de la Recherche Ivoirienne (SEPRI).

Au bout donc de 10 mois de travaux, sous la supervision et le contrôle du BNETD, ce sont :

- plus de 2000 bâtiments qui ont été remis à neuf,

- quatre universités présentant un nouveau visage et ayant changé de dénomination pour un départ nouveau. L'université de Cocody, la plus grande de Cöte d'Ivoire, a été renommée "Univsersité Félix HOUPHOUËT-BOIGNY", du nom du Père fondateur de la Nation Ivoirienne. Celle d'Abobo-Adjamé a été rebaptisée "Université Nangui ABROGOUA". Les Universités de Daloa et Korhogo portent respectivement les noms "Péléforo Gbon COULIBALY" et 'Jean Lorougnon GUEDE". Quant à l'université de Bouaké, elle se nomme "Alassane OUATTARA".

Ainsi, ces universités dotées d'une grande possibilité d'absorption des flux de bacheliers, auront une meilleure maîtrise des effectifs d'étudiants proches des standards internationaux et une plate-forme à la mesure des grandes universités occidentales (visionconférence, offre d'accès internet illimité, bibliothèque et centre d'archivage numérique, etc.), a été instaurée.

Aujourd'hui, les résultats obtenus pour la réhabilitation des différentes universités pour un coût de cent dix milliars de F CFA, a définitivement clos le débat des pessismistes et l'on peut dire avec fierté : la réhabilitation des universités nationales, pari réussi pour le BNETD.

 Voir la galerie photos

vrsexAmateur Transen Piss Pornossexfilm.rocks gaysexfilmebehaarte fotze
eth miningminer bitcoin bitcoin miningproduse de slabit remedii impotriva fumatului

hacklink satış Çelik Konstrüksiyon Binalar nice motor nice türkiye nice türkiye kapı motoru köşe koltuk düğün mekan süsleme türkiye dental gezi rehberi Tıkanıklık Açma Su Kaçağı Bulma Su Tesisatçısı Su Kaçağı Tespiti Su Kaçağı Bulma Tıkanıklık Açma Lavabo Tıkanıklığı Açma Tuvalet Tıkanıklığı Açma Pimaş Yıkama